Logo Pisourd
Violences

Liens


Vidéos en langue des signes française (LSF)


Dictionnaire


Questions-réponses


haut de la page

fondContentTop

442 vidéos dans ce thème

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

Violences

La plupart des personnes connaissent des disputes. Dans la famille, en couple, avec des copains ou des inconnus. On peut se fâcher sans que cela soit grave. La violence et la maltraitance ce n’est pas le conflit. C’est autre chose. La violence et la maltraitance, ça détruit la personne, ça détruit son corps, son esprit ou sa sexualité.

La victime se sent forcée et en danger, elle a peur. La violence peut exister au début d’une relation. Elle peut apparaitre après quelque temps ou des années. Elle arrive des fois au moment d’une séparation.

La violence peut être psychologique, physique, sexuelle ou économique. C’est par exemple des insultes, des menaces, surveiller tout ce que fait l’autre, l’empêche de voir ses amis ou sa famille. C’est casser des objets, frapper dans les portes, secouer, gifler, donner des coups de poing, prendre l’argent de force, obliger à des contacts sexuels pas désirés.

La violence, c’est difficile à reconnaître

Au début, on n’arrive pas à mettre le mot violence sur ce qui arrive. C’est douloureux de voir que quelqu’un nous agresse. Des fois, on trouve des excuses à l’autre, pour garder la relation. On se dit que ce n’est pas si grave, qu’on prend les choses trop à coeur, mais en fait on est blessé à l’intérieur de soi, c’est douloureux.

Ce n’est pas de notre faute si on est victime de violence. L’auteur de violence tente souvent de se justifier. Il explique ses actes par un problème extérieur (stress, alcool, chômage, histoire personnelle, etc.) ou rend les autres responsables. Si quelqu’un ne supporte pas ce que vous dites ou faites, il n’a pas le droit d’être violent contre vous. C’est interdit par la loi. La violence est inexcusable. Celui qui est violent, c’est le seul responsable de ses actes.

(Ce texte est adapté d’une page du site www.violencequefaire.ch)


www.pisourd.ch - 03/12/2016