Logo Pisourd

Liens


Quiz


Vidéos en langue des signes française (LSF)


Dossier du mois : Nutrition : les neuf repères


Dictionnaire


Questions-réponses


haut de la page

fondContentTop

Mis à jour le 31/03/2011 - 2917 vidéos

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

La piscine = danger ? (Juillet 2008)

De récentes études ont révélé que les piscines ne sont pas sans danger. On ne peut plus rien faire me direz-vous et vous aurez entièrement raison. Comme dit le vieil adage : mieux vaut prévenir que guérir et si vous figurez dans le groupe de personnes à risque, vous aurez entièrement raison.

Le chlore

La santé respiratoire des enfants s'est dégradée au cours de ces trente dernières années avec une très forte augmentation des cas d'asthme, de rhinites et de rhume des foins. Ce phénomène pourrait être, en partie du moins, dû à la fréquentation des piscines. Différents travaux scientifiques estiment que le chlore pourrait avoir des effets néfastes sur les poumons. Ce risque serait particulièrement important chez des enfants qui ont un terrain familial allergique. Le chlore qui est injecté dans l'eau entre en contact avec des matières organiques humaines, comme l'urine, la sueur, la salive ou des cellules de peau. Cela génère des sous-produits (appelés chloramines) qui deviennent de puissants oxydants. Ces substances, lorsqu'elles s'échappent dans l'eau et dans l'air, peuvent endommager les barrières pulmonaires. Elles les rendent plus perméables à l'entrée des aéro-allergènes.

Le danger est d'autant plus important que le bassin est très fréquenté, que sa température est élevée et que la ventilation est peu performante. Il est aussi proportionnel au manque d'hygiène des baigneurs. Il est impératif que ces derniers se douchent avant d'entrer dans les bassins.

Les personnes le plus à risque

Ce sont les enfants dont les parents ont souffert d'allergie qui sont le plus à risque. Comme le danger est proportionnel aux heures passées dans l'eau, on comprendra aisément que les nageurs de compétition souffrent très souvent d'asthme, de rhinite ou de rhume des foins. Des études scientifiques affirment qu'entre 40 et 80 pour cent des nageurs d'élite sont touchés. Ces pathologies disparaissent lors de l'arrêt de ce sport.

Les nourrissons qui suivent des cours de bébés nageurs subissent d'autant plus les effets pervers des chloramines que leur système respiratoire est encore peu développé et qu'ils ingurgitent beaucoup d'eau. Les parents doivent être informés des risques et ne pas prolonger les séances de piscines.

La natation dans les bassins publics extérieurs n'est pas sans danger. Malgré une ventilation naturelle, les chloramines flottent dix centimètres au-dessus de la surface de l'eau, la zone dans laquelle les nageurs respirent.

La situation en Suisse et en France

La Suisse, comme la plupart des autres pays européens, ne s'est jamais préoccupée de la qualité de l'air de ses piscines. Elle a édicté des normes pour la salubrité de l'eau avec des règles sur les quantités de chlore admises, mais n'a aucune réglementation pour l'air.

En France, l'institut national de recherche et de sécurité propose de ne pas dépasser une concentration de 0,5 milligrammes par m3 de trichloramine dans l'air. Pour le professeur Bernard, les dangers commencent à partir de 0,3 milligrammes par m3.

Une alternative pour désinfecter les piscines

Il est relativement difficile de renoncer au chlore pour désinfecter les piscines, car les alternatives ne sont pas très nombreuses. Le chlore est efficace, bon marché et utilisé depuis longtemps.

En Suisse et en Belgique différents systèmes sont à l'étude : réacteurs ultraviolets, électrolyse et désinfection faite avec des plaques de cuivre et d'argent. L'innocuité de ces différentes alternatives doit être sérieusement vérifiée.

Recommandations

La natation étant un sport particulièrement intéressant et complet, il n'y a pas lieu d'y renoncer. Le danger peut être abaissé si les baigneurs se douchent et ont une bonne hygiène corporelle en entrant dans le bassin. Mieux vaut privilégier les bassins extérieurs ou les piscines qui ne sentent que très peu le chlore.




Source : Magazine Santé 36.9 - www.tsr.ch/sante (Photo du fond : commons.wikipedia.org)


www.pisourd.ch - 21/07/2019