Logo Pisourd
Travail / Formation

> Travail


haut de la page

fondContentTop

43 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

KEFAIR - Conseillère clientèle privée

Marylaure Weber, 27 ans, conseillère clientèle privée

Marylaure Weber, 27 ans, conseillère à la clientèle privée

Le métier de conseillère à la clientèle privée consiste à gérer en fait un portefeuille de clients qui nous est attribué; ça consiste à recevoir nos clients, à répondre à leurs besoins, du mieux qu’on peut, à les accompagner, finalement ce qui est chouette c’est qu’on les accompagne dans un projet qu’ils ont.

C’est vrai qu’on se déplace souvent en tous cas personnellement un maximum pour tout ce qui est hypothécaire ça c’est clair mais souvent aussi pour des placements ou des conseils, je propose à la personne peut-être d’un certaine âge ou plus jeune ou ça les arrange parce qu’il y a des enfants d’aller vers eux.

ça permet de sortir un peu de la banque de voir autre chose, de rentrer dans ce cocon du client qui est souvent bien agréable pour lui et pour nous de mieux le connaître encore donc ça c’est chouette.

On voit le résultat du travail ça nous fait plaisir aussi; on voit aussi que le client est satisfait de ce qu’on a pu lui financer parce qu’à quelque part c’est clair que sans une banque malheureusement ou heureusement, cet objet il n’existerait peut-être pas forcément.

Pour moi dans ce métier, ce qui me plaît le plus c’est ce contact humain qu’on peut développer avec le client.

Le but de la visite aujourd’hui c’est de passer à la consolidation; on a fait le crédit de construction; on a vu bien sûr les plans au départ mais aujourd’hui on a la chance de pouvoir venir visiter cette belle maison. Le but est de faire un rapport de visite, quelques photos qu’on mettra dans le dossier.

On parle finalement de leurs revenus, on parle du coût de la construction donc il y a beaucoup de chiffres, c’est vrai: le chiffre qui représente la maison, le chiffre qui représente leurs revenus
le chiffre qui représente: ce qui intéresse le plus les clients bien sûr c’est le chiffre qui représente le loyer qu’il va payer à la banque.
C’est là qu’on a aussi les négociations, donc il y a de la concurrence donc il faut toujours essayer de faire une meilleure offre; ça c’est la partie de notre travail qui est la plus… pas la plus difficile mais la plus “sportive” on va dire.

C’est vrai que j’adorais les chiffres, j’adore les maths et j’adore surtout le contact avec la clientèle
et puis je me suis dit ben voilà “je vais faire un apprentissage bancaire”.

J’ai été travailler sur Genève pendant 2 ans à Cornavin là j’ai eu la possibilité d’être assistante au niveau de la clientèle entreprise donc suite à cela mon but était toujours confirmé de m’orienter dans ce conseil. Je suis revenue donc dans la région toujours en tant qu’assistante cette fois de nouveau la clientèle privée.

Au fur et à mesure que qu’ils ont aussi vu le travail que j’étais motivée, on m’a proposé un portefeuille il y a 4 ans maintenant.

Moi ça me plaît quoi c’est…. c’est vraiment un travail qui est gratifiant qui est surtout très enrichissant je trouve c’est vrai qu’on apprend plein de choses on découvre plein de choses nouvelles.
Si on a du plaisir ça va se ressentir; les gens vont se sentir aussi à l’aise et pour ma part c’est la c’est la clé du succès!

Voir la vidéo (grande taille) chez KEFAIR


www.pisourd.ch - 18/10/2017