Logo Pisourd
Santé

> Stress


haut de la page

fondContentTop

10 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

Le stress et la surdité

La surdité peut être un facteur de stress. Quand on est sourd, c’est bien connu, on fait quotidiennement face, et ce depuis l’enfance à bon nombre de frustrations. Le manque d’information, ceux qui parlent à notre place, s’exprimer sans que l’on nous écoute ou nous donne les moyens de le faire… Sans oublier le fait que ma série préférée ne soit pas sous-titrée et que la voisine me prend pour un débile. Être sourd, c’est aussi toujours présenter une bonne image de la surdité. Être un porte-parole de la langue des signes : “oui elle possède sa propre grammaire et syntaxe”, “non elle n’est pas internationale !”. Le rejet, ne pas correspondre à ce que les proches ou les professionnels attendent de nous, mener une vie associative active, la communauté des sourds et son avenir incertain.

Le stress fait également partie du quotidien des parents d’enfants sourds. La découverte d’un handicap entraîne un niveau de détresse particulièrement important dans la famille: choc émotionnel, blessure narcissique, remise en question des valeurs éducatives et des priorités personnelles et familiales, etc. Le temps semble alors s’arrêter. Les familles connaissent d’abord une période de sidération et de sentiment d’injustice qui accentue l’impression de solitude. Par la suite, la présence du handicap peut rendre le stress quasi permanent en raison des doutes qui font partie, à présent, du quotidien familial: quel avenir pour cet enfant? Quelles décisions prendre pour lui, sur le plan médical, sur le plan scolaire? La recherche d’information et les choix qui s’imposent peuvent s’avérer épuisants. Sans oublier le fait de devoir apprendre une langue étrangère pour communiquer avec son enfant.


www.pisourd.ch - 24/10/2017