Logo Pisourd
Drogues

> Nouvelles drogues


haut de la page

fondContentTop

3 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 
Pseudo Pisourd Quiz Urgences Dico complet Aide  

GHB, c'est quoi ?

Le GHB ressemble à une substance chimique qui se trouve naturellement dans le cerveau. Synthétisé il y a quarante ans, il a d’abord été utilisé en médecine comme anesthésiant ainsi que dans le traitement de l’insomnie et de l’alcoolisme. Mais on a arrêté de le prescrire, à cause de ses effets secondaires indésirables.

Par la suite, le GHB a été employé comme dopant dans le milieu du bodybuilding. Actuellement, il circule dans les soirées techno. Mais sa vente libre est interdite.

Le GHB a des effet euphorisant et relaxants qui se font sentir quinze minutes environ après la prise. Selon le dosage, ils pourront durer jusqu’à trois heures. Même si le GHB est aussi connu sous le nom de “liquid ecstasy”, il n’y a pas, comme souvent avec l’ecstasy, renforcement de l’empathie.

Cette substance peut provoquer des palpitations et une chute de la tension artérielle. Elle donne parfois des sentiments de vertige et une envie de vomir. Si la dose est importante, il peut s’ajouter des maux de tête, des crampes, un état de confusion, et de soumission. L’effet de détente qui accompagne la prise de GHB peut se renforcer jusqu’à la somnolence. Si la dose est particulièrement forte, il peut survenir un sommeil profond proche du coma.

Lorsque le GHB est mélangé à d’autres substances, les dangers s’accroissent singulièrement. Il augmente le risque de détresse respiratoire, d’étouffement lié à la consommation d’opiacés (héroïne, méthadone, codéine).

Le mélange GHB – alcool peut renforcer de façon dramatique les effet de l’un et de l’autre. De plus, il provoque une amnésie complète : le consommateur peut ainsi oublier complètement ce qu’il a vécu les heures précédentes. Il faut savoir enfin que la plupart des décès liés au GHB sont causés par des mélanges avec l’alcool ou les opiacés.

Le GHB est utilisé parfois par des personnes mal intentionnées pour des abus sexuels ou des viols pendant l’apathie de la victime.


www.pisourd.ch - 18/05/2022