Logo Pisourd
Monde des sourds

> Langue des Signes


haut de la page

fondContentTop

16 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 
Pseudo Pisourd Quiz Urgences Dico complet Aide  

La langue des signes n'est ni arbitraire, ni concrète

Il s’agit d’une langue complète, comportant un lexique et une grammaire bien spécifique. Elle permet également d’exprimer toutes sortes d’idées, allant du concret à l’abstrait. Pendant longtemps, les gens ont cru que le fait que beaucoup de signes soient iconiques, c’est à dire imageant des objets, signifiait que la langue des signes ne pouvait exprimer des idées abstraites, comme l’existence de Dieu. Il aura fallut beaucoup de temps pour contrer cette idée, et aujourd’hui encore les personnes ignorant tout de la langue des signes sont influencées par cette vieille croyance. Pourtant, il suffit de se lancer dans l’apprentissage de cette langue pour rapidement se rendre compte qu’on ne peut comprendre un signe que lorsqu’on en a réellement appris son sens

Bien que certains signes soient iconiques, les signes n’en sont pas moins conventionnels, car ils dépendent énormément de la région d’où provient l’interlocuteur. Par exemple, sous nos latitudes, le mot maison se fait en joignant les mains par le bout des doigts, comme pour représenter un toit. Par contre, les khmers représentent le treillis des tuiles de palme de leur maison en faisant des mouvements avec leurs deux mains mises à plat. De même que fille est désignée par le mouvement rituel que toute jeune fille khmère doit savoir faire, alors qu’en France et en Suisse-Romande ce signe se fait en glissant l’index le long de la joue, représentant la jugulaire des chapeaux du siècle dernier.

Certains des signes iconiques s’apparentent approximativement aux onomatopées
(imitations de sons, comme ceux des animaux) de la langue orale. Cependant, il
réside une grande différence culturelle entre les sourds et les entendants. Chez les
derniers, ces onomatopées sont volontiers laissées aux enfants, et deviennent très
mal perçues passé un certain âge. Pour les sourds, ce phénomène est parfaitement
“normal” et usuel, puisque l’iconicité des signes est à la base de toute langue des
signes. Cela fait parti de leur langue et de leur façon d’être. C’est donc cette
différence culturelle et ressemblance aux onomatopées qui est à l’origine de la
méprise concernant la langue des signes et qui faisait croire aux entandants que
cette langue était concrète et que les sourds étaient des simples d’esprit, juste autant
évolués que des jeunes enfants. C’est également à cause de cela que les entendants
pensaient qu’il fallait enseigner la parole aux sourds. De là à interdire cette langue,
il n’y avait qu’un pas à faire.




Source : Umiker V. (2007), L'implant cochléaire : sa divergence est-elle toujours d'actualité ? Genève: Institut d'études sociales


www.pisourd.ch - 25/11/2020