Logo Pisourd
Monde des sourds

> Culture


haut de la page

fondContentTop

11 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 
Pseudo Pisourd Quiz Urgences Dico complet Aide  

L'expérience de l'altérité 2/3

Une des premières expériences à l’altérité que font les jeunes sourds, est celle du bruit
et donc, avant cela, la découverte de leur surdité. Un enfant sourd ne sait pas qu’il
n’entend pas. Par conséquent, ses parents doivent le lui expliquer. Le plus souvent, on
explique à ces enfants qu’ils ont les oreilles cassées, que les autres parlent avec la bouche alors qu’eux parlent avec les mains, que ceux qui entendent perçoivent des choses par les oreilles qu’un sourd ne peut que ressentir par des vibrations. Dès lors,
beaucoup de petits enfants sourds souhaitent devenir entendants, mais plus parce qu’ils
perçoivent cela comme un “pouvoir magique”, que parce qu’ils le souhaitent réellement. Généralement, ceci suit de près l’annonce de la surdité et ne dure pas longtemps.
Par contre, il y a des enfants sourds auxquels les parents ne savent pas comment expliquer leur surdité. Beaucoup font alors le choix de laisser leur enfant découvrir
seul cette différence. Se présentent alors deux cas de figure. Le plus heureux est celui
où les parents mettent en contact leur enfant avec le milieu sourd. Dans ce cas, se sont
les sourds eux-mêmes qui expliquent à l’enfant ce qu’est être sourd. Le second cas de
figure est beaucoup plus triste et survient lorsque les parents ne mettent pas leur enfant
en relation avec d’autres sourds. Ces enfants restent donc très isolés, ils ont de la peine
à comprendre le monde qui les entoure et finissent par penser, comme nous le dit Emmanuelle Laborit (1993), qu’ils vont soit mourir enfant (car ils ne connaissent pas
d’adultes sourds), soit qu’en devenant adulte ils vont pouvoir entendre.

Dans le monde entendant, le bruit est une chose très codifiée, résultant de l’éducation
et appartenant aux normes sociales. Pour les sourds, cet apprentissage est très difficile,
car ils n’ont aucun moyen de savoir quels bruits gênent ou pas. Ils ne peuvent qu’en
acquérir une vague idée en observant les résultats sur les réactions des entendants, sans
pouvoir toutefois faire un lien entre une cause et un effet. Leurs “faux pas” sont donc
nombreux et sont les conséquences d’un certain échec éducatif. Lorsqu’il s’agit
d’enseigner les bruit aux enfants sourds, les attitudes les plus fréquentes consistent soit
à gronder l’enfant à tout va, soit à tout tolérer, en pensant que des explications seraient
inutiles. Mais finalement, aucune de ces réactions n’est la meilleure et il est intéressant
de constater que, paradoxalement, les mieux placés pour enseigner cela aux enfants
sourds, sont les sourds eux-mêmes.




Source : Umiker V. (2007), L'implant cochléaire : sa divergence est-elle toujours d'actualité ? Genève: Institut d'études sociales


L'expérience de l'altérité 1/3
L'expérience de l'altérité 3/3

www.pisourd.ch - 20/05/2022