Logo Pisourd
+50

> Bien vivre


haut de la page

fondContentTop

12 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 
Pseudo Pisourd Quiz Urgences Dico complet Aide  

Rester engagé dans la vie, troisième condition d'un vieillissement réussi

Avoir une bonne santé, être autonome et performant au physique comme au mental devrait, à priori, correspondre aux conditions sine qua non pour être actif longtemps. En réalité, bon nombre de seniors font beaucoup moins que ce dont ils sont capables. Le concept de “vieillissement réussi” dépasse la seule notion de potentiel (ce que l’on peut faire) : il implique un niveau d’activité qui engage l’individu dans la communauté (ce que l’on fait).

Nous savons qu’il existe de très nombreuses manières d’être actif, qui vont de l’activisme de certains retraités toujours pressés au “non-agir” des hédonistes paresseux ou des adeptes des disciplines méditatives.

Il est apparu aux chercheurs que les deux conditions les plus pertinentes pour vieillir avec succès sont de développer des relations avec les autres et de maintenir des activités productives.

Développer des relations avec les autres

Selon Paul Valéry, “un homme seul est toujours en mauvaise compagnie”. Il est en effet observé que les hommes (plus encore que les femmes) qui n’ont ni famille ni amis proches présentent davantage de risques de tomber malade et de décéder. Appartenir à un réseau relationnel, familial, amical ou social représente à n’en pas douter, un des facteurs de santé et de longévité les plus fiables. Ce qui est en jeu, dans cette relation avec les autres, se situe essentiellement sur deux registres :

le support social, de nature émotionnelle (estime, affection, complicité, respect…), valorise l’individu et entretient le sentiment de compter pour l’autre, en d’autres termes d’exister pour quelqu’un.
Le support qualifié d’instrumental correspond à toutes les formes d’entraide directe (transport, logement, finance, soutien physique…).

En vieillissant, nous sommes à la fois demandeur et pourvoyeur de ces registres sociaux. Il n’existe pas, dans ce domaine de support infaillible ou de recette universelle, tant la diversité est grande. Tout va dépendre de la manière dont ils seront investis, c’est-é-dire quel sens il revêtiront pour celui qui en est le promoteur ou le récipiendaire.

Maintenir des activités productives

Une étude américaine de 1986, qui garde encore toute sa valeur, suggère qu’une personne n’est pas perçue comme “vieille” par son entourage tant qu’elle participe à des activités productives. Trop souvent, ces activités dites productives sont associées au travail rémunéré, à tel point qu’il n’est pas rare d’entendre des seniors à la retraite se dévaloriser en considérant que ce qu’ils font est négligeable ou inexistant. Ils sont en réalité souvent investis dans de nombreuses activités informelles qui ne sont ni le travail ni les loisirs et qui constituent un bénévolat productif, particulièrement utile à la communauté.

Si bon nombre de retraités ont un sentiment diffus d’inutilité, c’est en partie parce que les rôles qui leur sont attribués dans la société postindustrielle ne sont pas clairs. À y regarder de près, le choix pour les valides se limite à cinq rôles principaux : la retraite loisir, la vie familiale, la poursuite de la vie professionnelle, la deuxième ( ou énième) carrière, le bénévolat ou volontariat.

Tout le monde s’accorde pour admettre ce choix, pourtant nous ne sommes pas en mesure aujourd’hui de déterminer quels sont les rôles les mieux appropriés pour vieillir avec succès. En effet, compte tenu des mutations sociales imposées par l’extraordinaire accélération de la longévités, chaque génération montante de seniors explore des rôles et des situations inconnus pour leurs aînés. De fait, il est apparu que ce n’est pas tant la diversité ni l’importance des rôles sociaux qui comptent dans les activités, mais la satisfaction personnelle qu’elles procurent.

S’il est encore difficile d’attribuer des rôles appropriés au vieillissement réussi, il est cependant certain que ceux-ci ne pourront faire l’économie du bien-être et du sentiment d’utilité.




Source : "Le guide du bien vieillir" Dr Olivier de Ladoucette, Editions Odile Jacob


www.pisourd.ch - 02/08/2021