Logo Pisourd
Sexualité

> Relations sexuelles


haut de la page

fondContentTop

8 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 
Pseudo Pisourd Quiz Urgences Dico complet Aide  

Hommes : éjaculation précoce

L’éjaculation précoce ou éjaculation prématurée n’est pas une maladie à proprement parler, mais un phénomène “réflexe” qui toucherait plus de 30 % des hommes.

On parle d’éjaculation précoce quand l’éjaculation survient trop vite. La notion d’un temps minimum n’a pas cours. Qu’elle ait lieu avant la pénétration ou 5 minutes après, le problème est le même, il n’y a pas de contrôle.

On peut ainsi parler d’éjaculation précoce lorsque l’orgasme se produit en tant qu’acte réflexe, c’est-à-dire lorsqu’il échappe au contrôle volontaire du sujet une fois que, chez ce dernier, l’excitation sexuelle a atteint une certaine intensité.

Il ne s’agit pas d’une maladie à proprement parler. L’homme qui éjacule rapidement fonctionne sexuellement bien… même trop bien. Ses réactions sexuelles sont rapides et dans notre monde c’est souvent une qualité d’avoir de bons réflexes. Cependant, la sexualité est une relation à deux et pour partager du plaisir il peut être important de pouvoir retarder le moment de l’orgasme.

L’éjaculation précoce peut être :

- Primaire si elle a toujours été présente dans la sexualité de l’homme ;

- Secondaire si elle survient après un temps de sexualité sans problème.

Mais la distinction n’est pas toujours si facile. Parfois, le moment crucial n’intervient pas trop tôt, sans avoir pour autant le contrôle du réflexe éjaculatoire. Ainsi ces hommes ne s’estiment éjaculateurs précoces que dans un second temps, lorsque cette belle mécanique n’est plus synchrone. Il ne s’agit pas d’éjaculation secondaire pour autant, car leur manque de contrôle dès le début de leur vie sexuelle permet de les diagnostiquer comme souffrant d’éjaculation précoce primaire.

Les hommes souffrant d’éjaculation précoce ont une excitabilité plus importante que les autres, ce qui les empêche d’apprendre par eux même à gérer leur excitation sexuelle. Ils n’arrivent pas à repérer les sensations prémonitoires de l’orgasme, qui sont à la base du contrôle. Pourquoi en est-il ainsi : Causes psychologiques ? Susceptibilité physiologique ? Actuellement, il reste des interrogations sur ce point. Des recherches ont démontré une action des neurotransmetteurs centraux.

L’atteinte du septième ciel est dépendante du niveau d’excitation sexuelle. Quand on parle de contrôle de l’éjaculation, ce n’est pas tout à fait exact ; en fait, c’est l’excitation sexuelle que l’homme doit maîtriser. Cet apprentissage passe par le repérage des sensations prémonitoires du coït et la maîtrise de l’excitation sexuelle.

Le stress favorise l’établissement rapide de l’éjaculation et souvent un cercle vicieux s’instaure : l’homme craint l’échec et cette appréhension favorise l’accident. La mésentente conjugale ne peut avoir pour origine une éjaculation précoce. Dans un couple en harmonie, ce problème est accepté sinon le couple prend les moyens de le résoudre. Par contre en cas de crise, ce phénomène est souvent mis sur le devant de la scène, masquant les réels problèmes d’entente du couple. Dans tous les cas, n’hésitez pas à en parler ou/et à consulter !


www.pisourd.ch - 18/05/2022