Logo Pisourd
Familles

> Grossesse


haut de la page

fondContentTop

8 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

Comment une future mère aide son compagnon à partager sa grossesse ?

La grossesse est une période chargée d'émotions, parfois contrastées. Il est important, pour une future mère, de pouvoir les partager, si possible avec le père de l'enfant, à défaut avec une amie, un groupe de femmes enceintes, etc.

Hier encore bien souvent tenus à l'écart de la grossesse de leur femme, de nombreux pères revendiquent aujourd'hui de pouvoir accompagner leur femme dans cette dernière. Leur position n'est cependant pas simple car trouver sa place dans l'attente de l'enfant dépend de multiples facteurs comme le désir d'enfant dans le couple, le type de relations que ce dernier entretient, l'histoire individuelle des deux partenaires et les échos que cette grossesse peut avoir en chacun d'eux. Dès lors, la femme joue un rôle essentiel dans l'éveil du sentiment de paternité chez son compagnon.

Certains pères peuvent être ainsi assaillis de pensées chargées d'anxiété (ils ne peuvent vivre la grossesse que dans l'imaginaire) concernant leurs futures compétences de père (n'oublions pas que la paternité s'apprend sur le tard), les conséquences que l'arrivée de l'enfant pourrait avoir sur votre vie de couple (angoisse de voir la femme quitter son rôle d'épouse pour celui de mère), la nouvelle redistribution des rôles que l'arrivée de l'enfant impliquera dans la famille ou encore l'importance du poids des nouvelles responsabilités à assumer.

Il est dès lors essentiel que la future mère ne s'éloigne pas de son conjoint afin de lui permettre de passer de son fantasme à la réalité de l'enfant. Elle peut le faire à travers des incitations au dialogue, par une réaffirmation de sa disponibilité, par un rapprochement physique avec l'enfant (échographies, écoute des battements du coeur de l'enfant, perception des mouvements de ce dernier, haptonomie*), par le recours à des actes sociaux symboliques (visites chez le médecin, participation à une préparation collective à l'accouchement, dialogues à trois avec une sage-femme, etc.).

La pression sociale encourage aujourd'hui fortement l'exercice d'une coparentalité dès la grossesse. Toutefois, il faut toujours laisser la possibilité d'un espace de repli au futur père s'il n'est pas immédiatement désireux de participer.

*haptonomie : contact du bébé par le touché à travers le ventre de la mère durant la grossesse


Source : familles-ge.ch


www.pisourd.ch - 08/08/2020