Logo Pisourd
Travail / Formation

> Ecole - formation


haut de la page

fondContentTop

14 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

Comment réagir face au racket ?

1. Le racket est un phénomène de plus en plus courant dans les cours de récréation. Votre enfant se fait harceler et menacer par un camarade ou une bande de ces derniers. Il est contraint tout d’abord à donner sa récréation, puis ses habits, puis de l’argent, etc.

Les enfants les plus exposés au racket sont le plus souvent les plus fragiles sur le plan affectif et sur le plan social. Isolés, timides, mal dans leur peau, craintifs, ils sont parfois prêts à donner tout ce qu’ils ont pour un peu d’amour ou un peu de paix.

La difficulté, dans ce genre de situations, tient surtout au fait que l’enfant (honteux de son attitude et de son incapacité à faire face) va très souvent cacher la situation à ses parents et les détrousser de manière discrète mais régulière.

Ce que vous pouvez faire :

2. En cas de soupçons répétés (l’enfant perd soi-disant ses affaires à l’école ou de petites sommes d’argent vous sont dérobées), il est important d’aborder le phénomène du racket de manière générale (par exemple à partir d’une émission de télévision ou d’un article de journal) afin que l’enfant perçoive que ses parents sont sensibilisés au problème et qu’il puisse mettre des mots sur ce qu’il vit et éprouve.

Dans un deuxième temps, on pourra demander à l’enfant ce qu’il pense du racket, s’il a le sentiment que le phénomène existe dans son collège, etc. On profitera de l’occasion pour prendre clairement le parti des victimes, en condamnant les agresseurs et en rappelant que ces derniers doivent être poursuivis de manière pénale.

3. Si le phénomène se poursuit, on abordera la question de manière plus directe, mais en prenant soin à nouveau de ne pas culpabiliser l’enfant et de le considérer comme une victime. On s’efforcera de lui faire exprimer ses émotions et de trouver avec lui une stratégie qui lui permette non seulement d’apprendre quelque chose de la situation mais d’en sortir la tête haute.

4. Il est essentiel que votre enfant prenne confiance en lui et en ses moyens. On tentera ainsi de lui faire comprendre que pour exister il doit se faire respecter; on l’incitera à s’extérioriser par exemple dans le cadre d’une activité sportive ou théâtrale, on l’incitera à dire non.

5. Il est vraisemblable que, pour sécuriser l’enfant, une démarche discrète auprès des autorités scolaires soit nécessaire afin que soit organisée en parallèle une démarche collective d’information et de sanctions contre les racketteurs.




Source : Sources : www.familles-ge.ch
Adaptation pour www.pisourd.ch : Les Mains pour le Dire

Crédits images (dans leur ordre d'apparition)
© Jean-Michel LECLERCQ - Fotolia.com
© lite - Fotolia.com
© Dominique LUZY - Fotolia.com
© Charly - Fotolia.com


www.pisourd.ch - 14/12/2017