Logo Pisourd
Travail / Formation

> Travail


haut de la page

fondContentTop

43 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

KEFAIR - Polymécanicien

Zymer LUTFIU, 27 ans; POLYMECANICIEN

Au départ je voulais faire pilote de locomotive et il fallait faire un métier technique. J’ai fait quelques stages et ensuite je me suis rendu compte que c’est plutôt mécanicien-polymécanicien que je voulais faire que pilote de locomotive.

On fait des pièces: le matin quand on arrive on a un dessin que notre responsable nous donne; on doit donc analyser ce dessin, voire la meilleure façon de fabriquer cette pièce; et ensuite la fabriquer. On teste la pièce, on lance la série ; bien sûr on regarde la rentabilité aussi, le contrôle final et ensuite on la monte direct au montage spatial.
C’est un collecteur qui sera monté dans un satellite de télécommunication.
On fait des pièces très complexes qui coûtent très cher; justement là vous voyez on usine de l’or qui coûte cher. Là on a pas vraiment le droit à l’erreur parce que si on se trompe c’est plusieurs heures de perdues.
Il faut être très précis bien sûr. C’est difficile de réaliser des pièces, des fois c’est très difficile mais justement avec notre responsable on discute, on regarde les différentes façons de faire cette pièce et on arrive toujours à trouver la solution.

Un apprentissage de polymécanicien c’est 4 ans ça dépend où on l’a fait aussi on peut le faire dans une entreprise ou dans une école. La théorie c’est le dessin technique par exemple, les matériaux, la physique; Il faut connaître les maths parce que pour fabriquer des pièces il faut souvent calculer soi-même des cotes, et donc il faut connaître bien la trigonométrie: mais il faut pas être Albert Einstein en fait.

Avec polymécanicien; on arrive je dirai plus facilement à faire d’autres métiers donc à partir sur technicien ou ingénieur. Le meilleur moment c’est quand je réussis la pièce et qu’elle est très bien faite, mais ça arrive presque tout le temps donc je suis tout le temps content.

Je me sens assez content de pouvoir participer en quelques sorte à ce lancement (au lancement d’un satellite dans l’espace) car les pièces qu’on a fabriqué ici font partie de ce satellite. Je suis presque pilote de fusée!

Voir la vidéo (grande taille) chez KEFAIR


www.pisourd.ch - 14/12/2017