Logo Pisourd
Travail / Formation

> Travail


haut de la page

fondContentTop

43 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

KEFAIR - Interprète en langue des signes

Anne-Claude Prélaz Girod, 35 ans , INTERPRETE EN LANGUE DES SIGNES

Bonjour, je m’appelle Anne-Claude Prélaz Girod, je fais le métier d’interprète en langue des signes. Je suis amenée à traduire d’une langue vers une autre langue, en l’occurrence pour mon cas du français vers la langue des signes française.
Je traduis pour des personnes sourdes qui ont besoin d’avoir accès à des choses qui sont dites en français dans leur langue, la langue des signes.

J’ai un parcours un peu atypique; je m’étais intéressées à la traduction mais en ayant pas trouvé de langue qui m’intéressais suffisamment pour engager une formation dans ce domaine. J’ai fait une formation de logopédiste enfin d’orthophoniste et j’ai été amenée à travailler avec des enfants sourds à utiliser la langue des signes et par la suite une formation d’interprète s’est ouverte et j’ai participé à cette formation.

La langue des signes met en jeu absolument tout le corps, donc c’est vraiment tout le corps qui s’exprime on a le visage qui prend plein d’expressions qui font aussi passer tout un message grammatical inhérent à la langue des signes qui passe par l’expression, par le regard, par la mimique et puis tout le corps bouge donc on est mis en scène; c’est une espèce de théâtre perpétuel donc ça c’est quelque chose qui est très… qui m’attire beaucoup dans cette langue.

Alors les cours sont une grande partie du travail d’interprétation que nous sommes amenés à faire; il y a beaucoup d’élèves en intégration, donc beaucoup de demandes d’interprètes pour des élèves intégrés dans des classes traditionnelles. On peut travailler pour un rendez-vous médical, on peut être amené à traduire une conférence. Quelques uns d’entre nous sont amenés à faire de la traduction en milieu théâtral ce qui est une traduction assez particulière.

Dans le cadre de la TSR il y a les émissions “Signes” qui passent une fois par mois à peu près, ou l’allocution du président de la confédération ou d’autres événements de ce type, notamment des débats politiques.

Pour quelqu’un qui souhaiterait aller dans cette voie-là, c’est de suivre des cours de langue des signes, de s’intéresser à la langue. Et puis ensuite il y a des formation qui ont lieu en fonction des besoins; les formation sont financées si il y a besoin d’interprètes en plus donc c’est pas des formations systématiques: donc déjà s’intéresser à la langue, je crois première chose; et être ouvert à la langue, au langage, aux mots, être intéressé par ce genre de métier.

Voir la vidéo (grande taille) chez KEFAIR


www.pisourd.ch - 14/12/2017