Logo Pisourd
Travail / Formation

> Travail


haut de la page

fondContentTop

43 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

KEFAIR - Interprète

Anette Klassen, 32 ans, INTERPRETE

Je m’appelle Anette Klassen, et je suis interprète de conférence.
J’interprète à partir de l’espagnol et à partir du français vers l’anglais.

Ce qui me plaît dans le métier est une envie de communication parce qu’on peut apprendre plein de langues et faire n’importe quel travail mais c’était pour communiquer pour pouvoir aider les uns et les autres à se comprendre.

en tant travailleur indépendant, en tant que freelance, on travaille partout, on apprend des choses tous les jours; un jour on va apprendre quelque chose sur le commerce ici , le lendemain ce sera sur la propriété intellectuelle; puis c’est un métier où on voyage , on va en mission dans plein de pays intéressants.
Entre les hommes et les femmes, il y a pas de distinction. Il y a peu d’ambitions dans ce métier, on peut rajouter des langues, mais on ne grimpe pas les échelons

Le soir je sais sur quelle réunion je vais travailler le lendemain, et je peux préparer la réunion si c’est une réunion technique, si j’ai des documents à ma disposition; et ensuite le matin on arrive à peu près une demie-heure avant que la réunion ne commence, on s’organise avec nos collègues, on travaille toujours en tandem, il y a toujours 2 personnes par cabine, au moins.
On travaille ½ heure activement et après on a ½ heure où on est passif.

Dans cette profession on a besoin d’avoir une culture générale qui est très large.
J’ai fait une licence à l’Université de l’Alberta où j’avais en concentration j’avais 2 langues: espagnol et français et ma spécialisation c’était les sciences politiques. Ensuite je suis venue en France pour améliorer mon français
Je suis restée 4 ans à travailler en France. Par la suite j’ai fait une demande de rentrer à l’ETI, ici l’école de traduction et d’interprétation et on doit passer des examens à l’écrit de traduction au départ et ensuite maintenant ils ont aussi des examens à l’oral.

Il faut avoir confiance en ses capacités soi-même et pour cela, il ne faut pas se presser pour devenir interprète justement à 23-24 ans il faut avoir beaucoup de patience et des nerfs d’acier.

Voir la vidéo (grande taille) chez KEFAIR


www.pisourd.ch - 18/10/2017