Logo Pisourd
Travail / Formation

> Travail


haut de la page

fondContentTop

43 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

KEFAIR - Ingénieur micro-technique

Pascal Eichenberger, 32 ans, INGENIEUR MICROTECHNIQUE

Je m’appelle Pascal Eichenberger, je suis ingénieur micro-technique, j’ai 32 ans.

Ici c’est vraiment la forge c’est là qu’on conçoit, qu’on mesure, qu’on invente les nouveaux systèmes optiques qui sont utilisés dans nos souris.

Donc voilà c’est mon bébé… ça c’était mon premier vrai projet comme ingénieur ici, j’ai fait ça! on en a fait bien quelques millions.

C’est ce qui se rapproche le plus de ce qu’est un inventeur; je pense que c’est ça un ingénieur, c’est qqn qui est là pour appliquer la science donc la science c’est développé dans les universités
puis après il faut des gens qui transforment toute cette connaissance en choses tangibles qu’on puisse utiliser, qui améliorent la vie des gens.

L’outil principal c’est sa tête. C’est ça qu’il faut faire d’abord, c’est réfléchir, c’est comprendre ce qui se passe, comprendre ce qu’on va pouvoir faire, estimer les coûts, estimer les risques faire attention à la sécurité; c’est vraiment sa tête.; et puis ‘autre outil qui va être important c’est ici c’est l’endroit où on se trouve ici, c’est le laboratoire, c’est là qu’on va confronter les prédictions qui ont été faites avec les simulations avec la réalité.

Ce qu’on fait c’est vraiment du hightech pourtant souvent on utilise des choses très très simples
donc il faut être créatif à ce niveau.

Je dirai que 99% c’est de la sueur, il faut beaucoup bosser, c’est un travail de fourmi 1% c’est de la chance.

J’ai suivi des études d’ingénieur en micro-technique à l’EPFL donc les 2 premières années on a étudié les sciences de base: les maths la physique, ces choses là; et puis ensuite en 3-4-5ème année vous étudiez des branches plus spécifiques à la micro-technique.

Ce qui est chouette quand vous êtes confrontés à un problème qui est assez difficile, sur lequel sur lequel vous passez beaucoup de temps, tout à coup vous trouvez une solution; ça c’est vraiment chouette. Il y a des fois où ça se fait en équipe et ça fait de bons souvenir… on devient presque une espèce de petite tribu parce qu’on a résolu des problèmes ensemble.

Ici, derrière, ce morceau de feutrine vous avez probablement la probablement la prochaine grande révolution en terme de souris optique donc c’est là que c’est mis au point c’est maintenant que ça se passe, c’est maintenant que ça se fait et ce sera sur le marché dans quelques années.

Souvent on fait un travail comme ça humble peu visible, mais de temps en temps on participe à à qqch de beaucoup plus important: vous pouvez faire une voiture plus propre, vous pouvez fabriquer des fusées, faire des satellites, aider à ce que le téléphone portable soit une réalité ça c’est les métiers d’ingénieurs qui l’ont permis.

Il faut faire qqch qu’on aime parce que quand on fait qqch qu’on aime le temps passe vite, en général on le fait bien, on s’amuse, on est meilleur, on produit des choses meilleures et tout se passe bien.

Voir la vidéo (grande taille) chez KEFAIR


www.pisourd.ch - 24/10/2017