Logo Pisourd
Travail / Formation

> Travail


haut de la page

fondContentTop

43 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

KEFAIR - Conseil en investissement

Nicolas de Skowronski, 32 ans, CONSEIL EN INVESTISSEMENT

Je m’appelle Nicolas de Skowronski, j’ai 32 ans et mon métier: le conseil en investissement.

Mon métier va consister à conseiller des clients et conseiller des gestionnaires dans le but de trouver, dans la stratégie de la banque, la meilleure allocation de portefeuille possible qui puisse convenir à un client qui a des besoins très spécifiques.

On simule le futur jusqu’en 2008, 2010, 2012 et 2014. Ici on a fait 2000 simulations au hasard, on a fait la moyenne de toutes ces simulations et on peut en tirer que en moyenne le rendement de ce portefeuille devrait être à peu près de 8% au vu du risque qu’il prend.
ça paraît compliqué de prime abord, une fois qu’on est dedans c’est pas trop compliqué , de toute façon sa passion n’est jamais compliqué.

C’est un métier qu’on ne peut pas faire sans être impliqué émotionellement; c’est beaucoup de nouvelles sur les marchés, c’est beaucoup d’émissions de produits, c’est beaucoup de surveillance de portefeuilles, c’est beaucoup énormément de meetings, beaucoup de coups de téléphone, aussi un petit peu d’organisation, c’est beaucoup de contact avec Zürich, avec la salle de trading avec les gens qui fabriquent les produits pour décider quels sont les produits qui sont le mieux pour nous.

Et c’est beaucoup de visites avec des gestionnaires, de communiquer, d’expliquer, de vendre aussi et de surveiller ce qu’on est en train de faire. ça peut pas être un métier qui peut être vu comme une routine.

Sans les calculs, sans le processus quantitatif, sans avoir un conseil en gestion, ça équivaudrait à conduire avec un bandeau sur les yeux en espérant toujours rester sur la route.
On est jamais sûr d’avoir raison néanmoins on est sûr d’avoir raison plus souvent que les autres.

J’ai fait un master en physique à l’EPFL spécialisé en simulation numérique mais par la suite avec une formation supplémentaire en finance; mais il n’est pas indispensable d’avoir une formation universitaire afin d’arriver dans ces métiers.

Il faut aimer les marchés, il faut aimer les investissements , il faut aimer travailler dans un environnement dynamique, il faut aimer la finance, il faut aimer servir des clients exigeants, il faut être rapide d’esprit et je pense que comme tout métier il faut le faire par passion et non pas pour espérer gagner des revenus peut-être plus importants que dans d’autres métiers parce que sinon ça n’en vaut pas la peine.

Voir la vidéo (grande taille) chez KEFAIR


www.pisourd.ch - 24/10/2017