Logo Pisourd
Violences

> Violences sexuelles


haut de la page

fondContentTop

28 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

Violences sexuelles, l'étape d'intégration

Cette phase peut durer de quelques mois à quelques années. La femme agressée a repris le cours de sa vie et retrouvé un certain équilibre. Pourtant, lorsqu’elle repense à l’agression, des sentiments de trahison et de culpabilité peuvent encore se manifester.

La colère se développe souvent dans cette période, contre l’agresseur ou contre les instances et les personnes qui sont intervenues à la suite de l’événement. Des attitudes ambiguës ou des remarques insidieuses suscitent parfois de fortes émotions. Les cauchemars, les images soudaines et les frayeurs peuvent encore survenir. Les effets sur la vie sexuelle ne prennent plus les mêmes formes, mais peuvent persister. La femme se reproche de ne pas être capable de se débarrasser de toutes les séquelles de l’agression.

Pour celles qui ont entamé des poursuites, le déroulement de la procédure judiciaire, généralement assez lent, peut aussi avoir une grande influence sur la réapparition des symptômes. Cet état découle de la gravité du traumatisme et non pas d’une incapacité à le surmonter. Cette phase peut être longue et douloureuse car on perd confiance en ses forces de guérison. Une aide et un accompagnement dans ce lent processus sont alors essentiels.

Acceptez de vous donner du temps pour traverser cette période de découragement et cicatriser vos blessures.

Crédit image © NZ-Photos – Fotolia.com




Source : www.viol-secours.ch


www.pisourd.ch - 18/12/2017