Logo Pisourd
Santé

> Maladies


haut de la page

fondContentTop

33 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

Grippe aviaire H5N1 et produits alimentaires - l'essentiel en bref

L'infection d'êtres humains par le virus H5N1 suite à la consommation de produits de volaille ou d'autres produits alimentaires n'a encore jamais été décrite. Dans les cas d'infection connus jusqu'à présent, la transmission du virus H5N1 de l'animal à l'être humain a toujours eu lieu après un contact étroit de la personne avec de la volaille malade ou avec ses déjections.

Afin de protéger la volaille indigène d'une contamination par les oiseaux sauvages, l'interdiction de l'élevage de la volaille en plein air est en vigueur en Suisse du 15 octobre 2006 au 30 avril 2007. De plus, dans le but de protéger la volaille indigène, une interdiction d'importer de la volaille, de la viande de volaille, des oeufs et des produits dérivés de la volaille en provenance des régions touchées par la grippe aviaire a immédiatement été décrétée. Grâce à ces mesures, le virus H5N1 de la grippe aviaire n'est jusqu'à présent pas apparu dans les élevages de volaille en Suisse.

Aucun produit de volaille, étranger ou national (p.ex. viande, oeufs ou plumes) contaminé par le virus de la grippe aviaire n'a été commercialisé sur le marché suisse.

Le virus de la grippe aviaire est sensible à la chaleur et est rapidement inactivé par la cuisson ou le rôtissage à des températures dépassant les 70°C. Une infection par le virus de la grippe aviaire est donc exclue par la consommation de viande de volaille ou d'oeufs cuits et rôtis. Indépendamment de la grippe aviaire, la viande de volaille devrait toujours être bien cuite ou rôtie avant sa consommation. Les mesures d'hygiène générales suivantes devraient en principe être observées lors de l'utilisation de viande de volaille crue (congelée et dégelée) : se laver les mains et les ustensiles de cuisine après le travail et empêcher que le jus de viande n'entre en contact avec des produits alimentaires près à la consommation.

En Suisse, il n'existe aucun risque d'infection de l'être humain par le virus de la grippe aviaire en consommant des oeufs crus et des produits à base d'oeufs crus (p.ex. tiramisu ou mousse au chocolat). Cela vaut également pour les plats à base d'oeufs préparés à moyenne température (p.ex. oeufs au plat).

Dans tous les pays touchés par la grippe aviaire, la viande cuite ou rôtie ou les oeufs cuits peuvent être consommés sans risques. Dans les régions où les conditions d'hygiène sont douteuses, la consommation de plats à base d'oeufs préparés à moyenne température ou d'oeufs crus (p.ex. oeufs au plat) devrait être évitée.

Une infection de l'être humain par l'eau potable peut être exclue. Un effet de dilution très important se produit lorsque les eaux de surface (lacs) sont utilisées pour la production d'eau potable. Si malgré tout des virus entraient dans l'eau brute utilisée pour la production d'eau potable, ils seraient complètement éliminés par les processus de traitement. De même, lorsque l'approvisionnement est fait à partir d'eau souterraine ou de source, aucun risque d'infection n'existe.

La probabilité d'une contamination des fruits, des légumes, de la salade ainsi que des champignons et des herbes sauvages (p. ex. l'ail d'ours) par les déjections d'oiseaux infectés est vraiment faible. De plus, si ces produits alimentaires sont consommés crus, il faut bien les laver à l'eau avant.

Les plumes de duvet ne constituent aucun risque pour l'être humain, les virus éventuellement présents ayant été anéantis lors du traitement (nettoyage ou chauffage). La Suisse n'importe que des plumes de duvet travaillées.




Source : www.bag.admin.ch


www.pisourd.ch - 16/12/2017