Logo Pisourd
Familles

> Naissance / Accouchement


haut de la page

fondContentTop

2 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

Comment préparer les frères et soeurs à la naissance de l'enfant ?

Si vous avez déjà des enfants, l'arrivée du nouveau-né peut être l'occasion d'un retour sur sa propre naissance. Les intégrer à l'accompagnement de la grossesse, leur faire part de vos sentiments à l'égard de l'enfant à venir, c'est paradoxalement leur parler de leur propre gestation car n'oubliez jamais qu'ils étaient il y a peu, à la place de celui dont chacun attend la venue...

Cette participation à l'accompagnement du nouveau-né à venir peut se faire de diverses manières.

– Vous pouvez encourager vos aînés à poser leur main sur votre ventre afin de sentir les mouvements ou les coups donnés par le bébé. La pratique d'une haptonomie* familiale peut certainement contribuer non seulement à faire connaissance avec le futur nouveau-né, mais à instaurer avec lui un premier type de communication.

– Vous pouvez également encourager vos enfants à parler à votre bébé, à lui exprimer ce qu'ils ressentent ou ce qui leur paraît important de lui communiquer. Par ce biais, vous aurez l'occasion d'instaurer une sorte de dialogue triangulaire ; de leurs conceptions souvent erronées au sujet de la gestation ; de leurs angoisses par rapport au maintien de leurs acquis ou de leur place dans la famille, etc.

– Il est également important de ne pas bêtifier ou d'angéliser l'apparition du nouveau-venu. S'il est certes nécessaire de rassurer la fratrie sur le maintien de votre amour et des places de chacun au sein de la famille, il ne serait pas honnête de lui laisser entendre que l'arrivée du nouveau-né ne modifiera en rien son quotidien. Au contraire, il peut être très enrichissant pour tous les membres de la famille de considérer la naissance de manière festive et aussi comme un prétexte à une réorganisation et à une reconsidération de la place de chacun. Pour ce faire, on peut procéder, à l'aide de discussions de plus en plus fréquentes à mesure que la naissance se rapproche, à une sorte de redistribution des rôles familiaux (pourquoi ne pas en profiter pour valoriser le père à travers des activités qu'il pourrait développer avec ses aînés ?) à partir des éléments de chacun (prérogatives, priorités, responsabilités, compétences, etc.). Au cours de ces discussions, peuvent être en quelque sorte négociés les temps familiaux et les moyens mis à disposition de chacun. Parallèlement, chacun sera amené, à travers une approche solidaire, à désigner ce qu'il accepte de sacrifier pour permettre au nouveau-venu de trouver sa place, ce qu'il accepte de lui céder ou de lui offrir (ce peut être un espace géographique, un espace temps, etc.).

– Au moment de la naissance, il est important, dans le souci de préserver le même dynamisme, d'accueillir vos enfants au plus vite à la maternité afin de leur présenter de visu leur nouveau frère ou nouvelle soeur. Il est important d'éviter que les frères et soeurs se sentent éloignés de la famille pendant cette période. On peut profiter plutôt de la situation pour inciter un rapprochement avec le parent disponible. Il ne faut pas s'étonner d'ailleurs si une complicité nouvelle naît entre eux à cette occasion. Cette complicité sera précieuse pour tous durant les prochains mois au cours desquels, que cela soit ou non souhaité, une part importante du temps de l'un ou l'autre des parents sera consacré au nouveau-venu.

*haptonomie : contact du bébé par le touché à travers le ventre de la mère durant la grossesse


Source : familles-ge.ch


www.pisourd.ch - 08/08/2020