Logo Pisourd
Monde des sourds

> Enfants sourds


haut de la page

fondContentTop

3 vidéos dans ce chapitre

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

François Grosjean : "Le droit de l'enfant sourd à grandir bilingue" (1/2)

Tout enfant sourd, quel que soit son degré de perte auditive, a le droit de grandir bilingue. Afin d’atteindre pleinement ses capacités cognitives, linguistiques et sociales, et comme le montre la recherche depuis de nombreuses années, cet enfant aura le plus souvent besoin de connaître et d’utiliser deux langues, la langue des signes et la langue orale (sous sa forme écrite, et si possible parlée).

Ce que l’enfant doit pouvoir accomplir avec le langage

Grâce au langage, l’enfant sourd, comme l’enfant entendant, doit pouvoir accomplir un certain nombre de choses:

1. Communiquer le plus tôt possible avec ses parents et sa famille.

Dès les premiers moments de la vie, le jeune enfant entendant commence à acquérir le langage, à condition qu’il y soit exposé et qu’il puisse le percevoir. C’est grâce à ce langage précoce que s’établissent des liens personnels et affectifs entre les parents et l’enfant. Ce qui est vrai pour l’enfant entendant doit l’être aussi pour l’enfant sourd. Il doit pouvoir communiquer pleinement avec ses parents à l’aide d’une langue naturelle. Cette interaction doit commencer le plus tôt possible afin que des liens affectifs et sociaux se construisent, de part et d’autre, entre l’enfant et ses parents.

2. Se développer cognitivement dès le plus jeune âge.

Avec l’aide du langage, l’enfant va développer les capacités cognitives qui sont indispensables à son développement: raisonnement, abstraction, mémorisation, etc. L’absence de langage, ou la présence d’un langage mal perçu et non naturel, aura un impact néfaste sur le développement cognitif de l’enfant.

3. Acquérir des connaissances par le biais du langage.

C’est en grande partie par le biais du langage que l’enfant acquerra la connaissance du monde. La communication avec ses parents et ses proches, avec d’autres adultes et enfants, permettra l’acquisition et la transmission des savoirs. Ceux-ci, quant à eux, formeront la base indispensable aux activités scolaires. De plus, ils faciliteront à leur tour la compréhension du langage, car il n’y a pas de réelle compréhension sans connaissance du monde.

4. Communiquer pleinement avec le monde environnant.

L’enfant sourd, comme l’enfant entendant, doit pouvoir communiquer pleinement avec ceux qui l’entourent (parents, frères et soeurs, autres enfants, enseignants, adultes, etc). Il doit pouvoir le faire avec un taux de communication optimal et dans la langue la plus appropriée à la situation. Dans certains cas, ce sera la langue des signes, dans d’autres la langue orale sous ses différentes modalités, et parfois même les deux langues en alternance.

5. S’acculturer dans les deux mondes qui seront les siens.

L’enfant sourd doit peu à peu devenir membre des deux mondes auxquels il appartient. Il faut qu’il s’identifie, au moins en partie, au monde entendant, celui de ses parents et de sa famille dans la plupart des cas. Mais il doit aussi pouvoir entrer en contact avec le monde des sourds le plus rapidement possible. L’enfant doit pouvoir se sentir à l’aise dans ces deux mondes et s’identifier à eux, quel que soit le degré de cette identification. Il faut tout faire pour que la découverte de ces deux mondes ait lieu de manière précoce et que l’intégration dans ceux-ci se fasse sans difficulté.

La seule manière d’y arriver: le bilinguisme

Le bilinguisme langue des signes – langue orale semble être la seule voie ouverte pour apporter à l’enfant sourd une communication précoce avec ses parents, un développement cognitif optimal, une acquisition de la connaissance du monde, un contact linguistique avec le monde environnant, ainsi qu’une acculturation dans le monde des sourds et dans celui des entendants.

Source : François Grosjean – Le droit de l’enfant sourd à grandir bilingue


François Grosjean : "Le droit de l'enfant sourd à grandir bilingue" (2/2)

www.pisourd.ch - 03/12/2016