Logo Pisourd

Liens


Quiz


Vidéos en langue des signes française (LSF)


Dossier du mois : Nutrition : les neuf repères


Dictionnaire


Questions-réponses


haut de la page

fondContentTop

Mis à jour le 31/03/2011 - 2917 vidéos

boutonsAgrandir la zone

Texte taille normale Texte taille + Texte taille ++ Imprimer
 
 
 

Prévenir les noyades (juillet 2007)

Bonjour !

L'été est ma saison préférée. Les robes légères, les glaces délicieuses, l'odeur de l'orage, sans oublier un splash dans l'eau rafraîchissante. Cependant, tous ces bienfaits ne doivent pas nous faire oublier un fait bien triste : la noyade est la deuxième cause de mortalité accidentelle chez les enfants.

Dès que le mercure grimpe, on s'adonne en masse aux joies de la baignade. Ce plaisir estival peut hélas tourner rapidement au cauchemar. Chaque année, on dénombre environ 9'000 accidents de baignade dans les eaux suisses. Chez les petits, la noyade est même la deuxième cause de mortalité accidentelle. Elle coûte la vie à une douzaine d'enfants par an. [1]

Les causes principales sont une méconnaissance du danger, une sécurité insuffisante ou inadaptée de la piscine, et une faille ou un relâchement de la vigilance. L'accident n'arrive pas qu'aux autres et personne n'est à l'abri d'un instant d'inattention, d'un oubli ou d'une erreur d'appréciation. Trois éléments entrent donc en jeu dans ce concours de circonstances malheureuses qui permettent au drame de se produire : la vigilance des adultes, la capacité exploratoire d'un jeune enfant très souvent sous-estimée et la piscine. D'autant qu'un enfant se noie en silence, il ne se débat pas, ne crie pas. Des protections inadaptées, telles des " bâches " ou couvertures thermiques constituent de véritables pièges.

Au-delà des noyades, de nombreux enfants conservent des séquelles d'un accident de baignade. Ces séquelles peuvent être d'ordre psychologique, en raison du traumatisme subi. Mais elles peuvent également consister en atteintes, parfois lourdes, du système neurologique, par suite du manque d'oxygénation du cerveau. Le nombre de victimes et de familles concernées est donc trois fois supérieur au nombre de décès. [2]

On estime que ces accidents le plus souvent graves auraient pu être prévenus dans 9 cas sur 10. Soyez donc vigilants, car la plupart des noyades résultent d'un défaut d'attention. Tout peut aller très vite, et si les noyades en piscine privée sont souvent dramatiques, c'est parce que l'on ne s'aperçoit pas de l'absence de l'enfant et que lorsqu'on y pense, on le cherche partout sauf au fond du bassin. Même une simple pataugeoire peut être dangereuse car un tout petit peut se noyer dans 20-30 centimètres d'eau.

Voici quelques conseils afin d'éviter le pire :

  • Familiarisez les enfants à l'eau en leur expliquant les dangers que représente une piscine et interdisez-leur la baignade lorsque vous n'êtes pas à leurs côtés ;
  • Ne jamais laisser les petits enfants sans surveillance au bord de l'eau. Ils ne se rendent pas compte des dangers ;
  • Evitez que le sol soit trop glissant autour de la piscine, ce qui pourrait favoriser les chutes ;
  • Enlever les jouets à la surface de l'eau, car ils pourraient attirer les enfants ;
  • Lorsque plusieurs adultes sont autour de la piscine, désignez un "surveillant", cela évitera que les uns comptent à tort sur les autres pour jouer ce rôle ;
  • Les enfants porteront des flotteurs autour des bras ou des maillots de bain pourvus de flotteurs que vous n'hésiterez pas à leur laisser même lorsqu'ils sortent de l'eau et qu'ils jouent autour du bassin ;
  • Surtout n'achetez pas de bouées rondes (d'ailleurs interdites), que l'on trouve encore dans certains magasins ! Equipez vos enfants de brassards avec valve anti-retour et marque CE.
  • Pendant la sieste, si la piscine n'est pas close, enfermez les enfants dans leur chambre ;
  • Laissez à demeure une perche ou une bouée à proximité du bassin et conservez à votre portée un téléphone portable ;
  • Ne jamais sauter dans l'eau après un bain de soleil prolongé. Le corps a besoin d'un temps d'adaptation ;
  • Les matelas pneumatiques ainsi que tout matériel auxiliaire de natation ne doivent pas être utilisés en eau profonde. Ils n'offrent aucune sécurité ;
  • Ne jamais nager l'estomac chargé ou en étant à jeun. Eviter l'alcool avant d'aller dans l'eau ;
  • Ne pas plonger ou sauter dans des eaux troubles ou inconnues ;
  • Ne jamais nager seul sur des longues distances. Même le corps le mieux entraîné peut avoir une défaillance ;
  • Renseignez-vous aussi sur l'existence d'une piscine chez le voisin. Si le risque n'existe pas chez vous, il peut être présent à quelques dizaines de mètres ;
  • Enfin, il est conseillé d'apprendre à nager aux enfants dès l'âge de 4 ans. [3]
La Suisse laxiste

En France, une réglementation stipule que toutes les piscines doivent être équipées de dispositifs de sécurité. Malheureusement en Suisse, aucune loi n'impose aux propriétaires de piscine des dispositifs de protection (barrières, volets roulants...). Pourtant, de par son exemple, la France nous montre que bien des drames peuvent être ainsi évités.

En cas d'accident

N'oubliez jamais que seules quelques secondes d'inattention peuvent entraîner un drame. Le plus urgent est de sortir le noyé le plus rapidement possible de l'eau. S'il est conscient et respire, séchez-le et recouvrez-le d'une couverture puis consultez un médecin. S'il est inconscient, est pâle ou cyanosé et respire mal, mettez-le sur le ventre et appuyez trois ou quatre fois sur le thorax et les reins afin de vider l'eau des poumons. Ensuite, retournez-le et commencez immédiatement à pratiquer un "bouche à bouche" en attendant l'arrivée des secours. Si le coeur ne bat plus, il faudra s tenter un massage cardiaque externe.

Beaucoup de décès sont dus à un affolement de l'entourage. Si vous vous trouvez en présence d'un noyé, la première mesure à prendre est d'extraire de l'eau, car la noyade est peut-être plus ancienne que vous ne le pensez. Débuter ensuite immédiatement les gestes de sauvetage. Apprenez-les auprès de la Croix-Rouge, car les secours n'arrivent en moyenne qu'au bout de 14 minutes. Un temps très, très long pour le cerveau d'un jeune enfant.

Comment protéger les enfants ?

Sécuriser les bassins le plus efficacement possible, informer les adultes afin qu'ils mettent en place des dispositifs de protection et faire pression auprès des autorités pour qu'une loi nationale soit votée.

L'Equipe de Pisourd vous souhaite à toutes et à tous un très bel été ! Rendez-vous le 1er septembre pour notre prochaine Actu !


1. Bureau de Prévention des Accidents
2. Rapport de Charles Revet remis au Sénat le 25 septembre 2002.
3. http://www.sauvequiveut.asso.fr/


www.pisourd.ch - 20/05/2019